AFU en Haiti

frere
frere francklin

L’AFU soutient depuis 1988 les Petits Frères et les Petites Sœurs de l’Incarnation en Haïti, dont la mission première est de redonner une dignité d’homme aux populations paysannes.

Pour faire revivre le monde rural, la Congrégation de l’Incarnation mène des projets éducatifs et de formation professionnelle, participe au développement de l’agriculture, favorise la mise en place d’activités économiques et apporte un soutien juridique et financier aux familles paysannes.

Les objectifs de l’AFU sont de poursuivre et de développer ces activités en apportant un soutien financier et un suivi actif des différents projets. Isabelle Barnier est présidente de l’AFU depuis avril 2007, elle a succédé à René de la Serre qui a passé la main après 13 années d’un travail remarquable à la tête de l’association.

Les membres de l'Association

  • Francklin Armand
  • Isabelle Barnier, Présidente
  • Baudouin Albanel, Vice-Président
  • Olivier Guinard,Trésorier
  • Aude Langlois-Meurinne Charquet, Secrétaire Générale
  • Emmanuelle Victor
  • Bastien Guelton
  • Christiane Houzé
  • Xavier Lebrun
  • Yolaine de Linares
  • Renaud de La Baume
  • Jacques de Champchesnel
  • Diane de Souza
  • Frédérique Janssen
  • Marion Ferrand
  • Cécile Desjardins
  • Amélie Guelton
  • Sébastien Mosneron-Dupin
membres

Le Frère Francklin : Un paysan parmi les paysans

Francklin Armand, né en 1947 à Port-au-Prince, fonde, en 1976, la congrégation des Petits Frères de l’Incarnation (PFI), puis quelques années plus tard, avec Soeur Emmanuelle Victor, celle des Petites Soeurs de l’Incarnation (PSI).

Ces communautés religieuses autochtones haïtiennes s’inspirent de la spiritualité de Charles de Foucauld: alliant prière et action, elles ont choisi d’être “paysans parmi les paysans”, c’est-à-dire au milieu de la population la plus démunie et rejetée du pays.

En 1980, les PFI s’installent à Dos Palais, près de la petite ville de Hinche, dans une des régions les plus pauvres du pays. Aux paysans, qui n’ont aucun droit en Haïti (bien que la population paysanne représente 75% de la population), Francklin veut redonner l’amour de leur terre et les aider à assurer eux-mêmes leur développement, sans se substituer à eux ni dépendre d’une assistance extérieure.

Dans un monde rural haïtien toûché, selon Francklin, par cinq formes d’érosion : celle de la terre liée à la déforestation générale, l’érosion économique (par pillage et inertie) qui ruine les campagnes et provoque le phénomène des bidonvilles, l’érosion sociale due à un Etat trop faible, l’érosion intellectuelle due notamment à la fuite des élites à l’étranger et l’érosion spirituelle.

La Fraternité apporte son aide aux paysans dans les domaines suivants: l’éducation et la santé, l’action sociale et juridique, l’accès aux ressources naturelles et leur optimisation, la restauration des écosystèmes et la vie spirituelle.
Les réalisations des PFI et PSI démontrent qu’il existe des chemins de réussite durable en Haïti. Leur action s’est étendue du Plateau Central au pays entier, en particulier au monde rural péri-urbain né de l’exode rural. Ils ont développé 15 fraternités à travers le pays.

Frère Francklin Armand, souriant et affable, est doté d’un charisme persuasif. Grandes sont ses convictions et son engagement pour alléger la souffrance de son peuple. Au contact des paysans, il estime avoir plus reçu que donné, en apprenant, notamment, le sens du travail, l’endurance, le pragmatisme et l’humour.